Le musée du Prado fête ses 200 ans

L’aventure commence avec l’architecte de la famille royale Juan de Villanueva, mandaté pour construire un Cabinet d’Histoire Naturelle et Académie des Sciences. Il édifie un monument dans le plus pur style néoclassique espagnol entre 1785 et 1787. En 1807, l’invasion napoléonienne va interrompre cet ambitieux projet, ou plutôt le transformer. En effet, Joseph Bonaparte souhaite y créer un musée de peinture qu’il nommera  Joséphin.  Le projet est à nouveau suspendu avec la fin de la guerre napoléonienne.  Troisième rebondissement : le nouveau roi Ferdinand VII, séduit par cette idée, la reprend à son compte et met en place le Musée Royal de Peinture et de Sculpture en exposant la collection royale avec pour objectif que « chaque individu du Royaume et qui que ce soit ait la faculté d’ouvrir ses pensées […] aux impressions du beau ». C’est ainsi que le musée est inauguré le 19 novembre 1819. Passant sous la propriété de l’État en 1868, il prend le nom de Musée national du Prado.

Depuis sa création, le musée a subi de nombreuses transformations architecturales. L’école espagnole y est bien sûr mise en valeur puisqu’il renferme la plus belle et la plus complète collection au monde.
Cependant, il s’est largement ouvert à d’autres œuvres picturales, qu’elles soient italiennes,
flamandes, allemandes ou françaises. Il est aujourd’hui l’une des plus grandes pinacothèques du Monde. On y trouve des chefs d’œuvre de Velázquez, Ribera, Murillo, Goya, Rubens, Le Greco, Bosch, Le Titien, Tintoret, Véronèse, Van Dyck, Rubens, … pour n’en citer que quelques-uns.

Pour célébrer son bicentenaire, le musée du Prado organise diverses expositions temporaires dont une dédiée à Alberto Giacometti, avec 20 de ses
dernières œuvres, (exposition visible jusqu’au  7 juillet).

Les visiteurs pourront aussi admirer le cabinet de repos de leurs Majestés, une salle dans laquelle la plupart des 44 tableaux sont accrochés depuis 1828.

De multiples conférences, ateliers s’échelonnent tout au long de cette année.

Fier de ses collections anciennes, le musée du Prado est bien ancré dans son époque. En collaboration avec
Telefónica, il met à la disposition du public ses fonds documentaires numérisés sur un site web dédié.  Ce site a d’ailleurs été primé pour sa qualité.

Ainsi, chacun peut avoir accès aux archives, mine inépuisable sur l’histoire du musée (et de l’Espagne) depuis sa création. Par exemple, saviez-vous que Pablo Picasso avait été nommé directeur du Prado en 1936 ?■

Michèle Mathé

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :